Pourquoi utiliser un outil informatique d’aide à la traduction en 2019?

La question peut sembler banale à première vue, mais je crois sincèrement qu’elle au cœur de l’usage efficace de ces outils. En effet, « parce qu’il faut être de son temps », « parce que tout le monde en utilise un » ou « parce que je suis obligé » ne sont pas des réponses qui mènent à un résultat optimal. Pire encore, le ressentiment peut mener à un usage qui est carrément contreproductif.

Voilà pourquoi je tiens à répondre à la question en abordant d’abord les gains d’efficacité potentiels tout en gardant en tête les pièges potentiels qui peuvent rendre ces outils contreproductifs.

La fonction principale des outils de traduction assistée par ordinateur (TAO) est le rappel d’anciennes traductions. C’est-à-dire que lorsque vous avez un nouveau texte à traduire, la machine est capable d’aller voir dans vos anciennes traductions et vous signaler si, dans votre texte à traduire, vous avez des phrases identiques ou similaires à ce que vous avez déjà traduit. Le cas échéant, elle vous redonne ce que vous avez traduit et vous effectuez les modifications nécessaires.

Cette fonction est particulièrement utile pour les textes et les sujets qui comportent beaucoup de répétitions. Par exemple, si certaines formules administratives reviennent souvent, vous n’aurez qu’à les traduire qu’une seule fois. Ces outils vous permettent aussi de créer des fiches terminologiques. Suivant le même principe, si l’outil détecte un terme pour lequel vous avez une fiche dans votre texte à traduire, il va vous le signaler automatiquement. Plus besoin de chercher dans un fichier Excel pour savoir si vous aviez déjà fait une fiche pour tel ou tel terme!

Le gain de temps qu’on peut effectuer avec ces fonctions est indéniable. Cependant, il existe aussi certains pièges dans lesquels il ne faut pas tomber. Par exemple, il ne faut pas se fier aveuglément aux suggestions de la machine, même si la phrase est identique. En effet, il est possible que dans le nouveau contexte, la phrase doive être modifiée, par exemple si elle contenait un pronom qui renvoyait à un référent différent dans la phrase précédente.

Il faut aussi rester vigilant sur la mise à jour de notre outil. Par exemple, si je travaille avec une mémoire de traduction, chaque phrase traduite est mise en mémoire au fur et à mesure que je traduis dans l’outil. Par contre, si j’enregistre mon texte dans son format final (par exemple Word) et que j’effectue ensuite des révisions dans ce document Word sans mettre ma mémoire à jour, ma mémoire n’aura pas ces révisions et va contenir des phrases erronées qui seront rappelées dans de futures traductions.

Voilà pourquoi il est important de veiller à ce que vous soyez bien en contrôle de votre outil, et donc de votre environnement de travail. Par exemple, si vous travaillez pour un cabinet de traduction, il est possible qu’il utilise sa mémoire pour « prétraduire » le document. Vous allez donc recevoir un document partiellement traduit. Si la mémoire du cabinet contient des erreurs, elles vont se retrouver dans le texte partiellement traduit.

Il est donc important de s’assurer que vous n’ajoutez pas ces erreurs à votre propre mémoire par la suite. Voilà pourquoi je recommande de vous garder une mémoire séparée pour vos propres projets. De cette façon, vous êtes assuré que votre mémoire ne contient que les bonnes traductions que vous avez effectuées, sans danger de « pollution » par une mémoire externe.

Tout cela peut sembler compliqué à première vue, mais je vous promets que c’est plus simple que vous pensez, il suffit d’avoir une procédure de travail claire. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, je vous invite à un webinaire gratuit en direct avec moi le jeudi 6 juin 2019 à 14 h.

Le titre? Dire oui aux outils informatiques pour traducteurs : 3 raisons de se lancer (et ce n’est pas compliqué!)

Vous pensez investir dans un outil d’aide à la traduction? Vous en avez déjà un, mais vous n’êtes pas certain de savoir par où commencer? Ou vous avez l’impression de n’utiliser qu’une fraction des fonctions offertes?

Si c’est votre cas, c’est un rendez-vous à ne pas manquer.

Pendant cette présentation d’environ 45 minutes, nous verrons pourquoi utiliser un outil d’aide à la traduction en 2019, comment faire un choix en toute tranquillité d’esprit, comment rester en plein contrôle de vos outils et, surtout, comment utiliser le tout sans compromettre la qualité.

Et comme il s’agit d’un cours en direct, vous pourrez me poser vos questions en personne.

Pour s’inscrire gratuitement, c’est par ici : https://lodyssee-formations.lpages.co/inscription-atelier-en-ligne.

Au plaisir de vous y voir,

– François

04-juin-2019