Mythes entourant les mémoires de traduction

Après avoir lu certaines discussions récentes, je note qu’il existe plusieurs mythes par rapport aux mémoires de traduction, le principal étant que nous devenons esclaves de notre outil et des cabinets dès que nous en faisons l’achat. Je crois donc que le moment est opportun pour dresser un bref état des lieux.

Ces environnements/mémoires de traduction, mis à bon escient, apportent beaucoup au traducteur. On peut penser au formatage automatique de différents types de fichiers (Excel, PowerPoint, Word, etc.), ce qui est absolument nécessaire lorsqu’on traduit des produits informatiques, par exemple des jeux vidéo, des sites Web ou des interfaces machines complexes.

La gestion intégrée de la terminologie facilite et accélère grandement la consultation du glossaire, qui peut être classé de différentes façons, par exemple par client, domaine, marque, etc.

La retranscription automatique de tous les « transférables/placeables » (noms propres, adresses, courriel, sites Web, etc.) offre un gain intéressant en vitesse et en précision.

Vous pouvez aussi rechercher des formulations utilisées auparavant qui ne sont ni des phrases complètes ni des unités terminologiques, créant ainsi votre propre concordancier qui, tant qu’il ne contient que vos traductions, est beaucoup plus sûr qu’un concordancier public comme Linguee par exemple.

La plupart des mémoires offrent aussi un contrôle de la qualité qui effectue des vérifications différentes de celles d’un logiciel de correction (par exemple, vérifier si le segment cible contient l’équivalent terminologique du segment source, ou si le segment cible a les mêmes valeurs numériques que le segment source). Bref, un « Anti-Oups! » qui ne peut s’effectuer que sur un bitexte.

Une mémoire peut aussi rapidement analyser un document très volumineux pour détecter le nombre de répétitions internes. Un document technique de 1 000 000 mots qui contient 2000 phrases identiques ne représente pas le même travail qu’un texte équivalent qui ne contient aucune répétition, analyse qui serait quasi impossible à faire manuellement.

Vous noterez que je n’ai pas encore parlé du cœur de la mémoire, soit le rappel d’anciennes traductions. Selon moi, les fonctions mentionnées ci-dessus représentent déjà des gains intéressants.

Les gains en productivité majeurs proviennent évidemment du recyclage d’anciennes traductions, et c’est ici qu’entre en compte le jugement professionnel du traducteur. Certains domaines s’y prêtent, d’autres non. Parfois, même une correspondance parfaite doit être modifiée. Cependant, l’effort cognitif supplémentaire est amplement récompensé lorsque le gain en productivité est justifié. Encore une fois, seule une utilisation intelligente par un traducteur professionnel permet de tirer profit de l’outil.

Évidemment, les mémoires présentent aussi plusieurs dangers. Tout d’abord, le traducteur doit farouchement protéger sa mémoire. Lorsque plusieurs personnes partagent la même mémoire, elle peut rapidement devenir polluée (traductions hors contexte, manque d’homogénéité terminologique, erreurs de tout genre), ce qui la rend inutile, voire nuisible.

Il est aussi important de se souvenir que nous ne sommes jamais esclaves à l’outil, et qu’il est toujours en notre pouvoir de décider si l’outil en question se prête ou non à la situation de travail.

 

Si vous avez envie de faire un pas de plus pour maîtriser pleinement vos outils informatiques, vous pouvez postuler à l'une des 5 séances gratuites que j'offre chaque mois.

Nous passerons 30 minutes ensemble et je vous guiderai sur chacun des points suivants :

1. Mesurer l’écart entre votre vision d’un environnement pleinement optimisé pour votre situation et où vous en êtes actuellement.

2. Découvrez ce que vous coûte réellement le manque de connaissances qui vous sabote.

3. Visualisez votre pratique une fois ces « fuites » réglées afin de faire de votre vision une réalité, rapidement.

Vous quitterez cette séance en ayant une vue claire de ce que vous voulez faire de votre environnement informatique, de l’écart entre cet objectif et votre situation aujourd’hui. Vous retrouverez l’envie d’avancer sur ce chemin.

Pour réserver votre séance, cliquez ici.

 

Au plaisir discuter avec vous,

- François

19-mai-2015