Devriez-vous accepter la tarification dégressive? 3 points à considérer

 

Les tarifs en traduction sont habituellement un sujet délicat, voire tabou, et la tarification dégressive l’est encore plus. Qu’est-ce que j’entends par « tarification dégressive »? Un tarif qui diminue en fonction du pourcentage de correspondance avec une mémoire de traduction. À titre d’exemple, vous avez un texte de 10 000 mots à traduire, et après le traitement dans la mémoire, vous avez ceci :

  • 100 % (correspondance parfaite) : 3 000 mots
  • 85-99 % (correspondance partielle) : 1 000 mots
  • 65-84 % : 1 500 mots
  • Aucune correspondance : 4 500 mots

Autrement dit, vous auriez 3 000 mots déjà traduits, 1 000 mots qui ressemblent beaucoup à des traductions précédentes, 1 500 mots de correspondances plus ou moins intéressantes, et 4 500 mots qui n’ont jamais été traduits. Avec une tarification dégressive, vous recevriez le plein prix pour les 4 500 mots sans correspondance, et un montant inférieur lorsque le pourcentage de correspondance est plus élevé.

Est‑ce avantageux d’accepter une tarification régressive? Ça dépend! Dans la majorité des cas, les tarifs sont dérisoires, donc il vaut mieux éviter ce mode de fonctionnement. Par contre, dans certains cas, accepter une telle tarification peut représenter un gain intéressant. Voici donc trois points à considérer lorsque vous prendrez cette décision.

 

1) Une correspondance parfaite implique un travail de révision. Calculez donc au minimum votre tarif de révision et majorez-le, car le travail implique aussi l’harmonisation avec le reste du texte (n’oubliez pas que les segments de correspondances parfaites ne seront pas nécessairement tous en un bloc).

 

2) Quel type de texte traduisez-vous? Une correspondance partielle de 80 % implique, grosso modo, que la phrase que vous avez à traduire est environ 80 % identique à des phrases déjà traduites auparavant. Dans certains domaines où les formulations se répètent et veulent toujours dire la même chose, cela peut être très intéressant. Idem pour les mises à jour de documents annuels. Notez qu’il faut toujours rester vigilant, surtout lorsque le taux de correspondance diminue. Une correspondance à 70 % peut être complètement inutile; tout dépend du texte.

 

3) Les correspondances élevées (90 % et plus) représentent un gain potentiel énorme lors de la mise à jour de documents. Dans ces cas, les changements se limitent souvent à des nombres, à des noms propres ou à de légères modifications de formulation. Gardez donc en tête que le pourcentage écrit n’est qu’un indice du travail qui reste à effectuer, jamais un absolu.

 

Bref, on est dans une zone grise. Personnellement, je trouve qu’il est préférable de rester très prudent lorsqu’on accepte une tarification dégressive. Par contre, il existe des situations où cela peut s’avérer extrêmement profitable, et le traducteur futé pourra dénicher ces occasions intéressantes. Admettons que vous devez mettre à jour un document annuel de 5 000 mots et que l’analyse du projet vous retourne ceci :

  • 100 % : 3 500 mots
  • 85-99 % : 1 000 mots
  • Aucune correspondance : 500 mots

La tarification dégressive qu’on vous propose est celle-ci :

  • 33 % de votre tarif habituel pour les correspondances parfaites (100 %)
  • 66 % de votre tarif habituel pour les correspondances partielles (85-99 %)
  • Votre tarif habituel pour les mots restants

Certains traducteurs refusent toute tarification dégressive; en cas de doute, je suis d’accord avec leur position. Je suis cependant d’avis que dans un cas comme celui-ci, faire preuve de flexibilité peut amener des gains très intéressants. Après tout, votre salaire horaire sera sans doute beaucoup plus élevé qu'à l'habitude.

Conclusion? Le mot d’ordre est prudence : il est très facile de se faire prendre au piège par de telles pratiques, et certains donneurs d’ouvrage offrent des tarifs absolument ridicules. Par contre, lorsque la bonne situation se présente, le traducteur averti saura dénicher d’excellentes affaires.

 

Si vous avez envie de faire un pas de plus dans cette démarche, vous pouvez postuler à l’une des 5 séances gratuites que j’offre chaque mois.

Nous passerons 30 minutes ensemble et je vous guiderai sur chacun des points suivants :

1. Mesurer l’écart entre votre vision d’un environnement pleinement optimisé pour votre situation et où vous en êtes actuellement.

2. Découvrir ce que vous coûte réellement le manque de connaissances qui vous sabote.

3. Visualiser votre pratique une fois ces « fuites » réglées afin de faire de votre vision une réalité, rapidement.

Vous quitterez cette séance en ayant une vue claire de ce que vous voulez faire de votre environnement informatique, de l’écart entre cet objectif et votre situation aujourd’hui. Vous retrouverez l’envie d’avancer sur ce chemin.

Pour réserver votre séance, cliquez ici.

Au plaisir discuter avec vous,

– François



 

09-août-2016