La réalité change, la terminologie doit suivre

Dans un monde où l’anglais est de plus en plus la langue utilisée par défaut, il est parfois facile de simplement utiliser le terme anglais pour désigner un concept, même lorsqu’on travaille dans une autre langue. À court terme, cela peut paraître sans importance, mais à long terme, un grand danger guette la langue oubliée.

En effet, qu’est-ce qui arrive à une langue de plus en plus pauvre en ce qui concerne sa terminologie? Au fil du temps, un problème majeur auquel nous risquons de nous buter est de ne plus avoir les mots pour désigner les réalités qui nous entourent. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine des nouvelles technologies.

Heureusement, les dictionnaires sont mis à jour, et l’OQLF (Office québécois de la langue française) veille au grain en offrant des suggestions de termes français. Certains entrent dans l’usage (courriel), mais d’autres non (gaminet pour « t‑shirt »).

En tant que traducteurs, nous avons souvent l’occasion d’apporter notre touche personnelle avant que les instances officielles fassent leur suggestion. Par exemple, la traduction de termes comme « clickbait », « listicles » ou « facepalm ». Ne sous-estimez donc pas votre contribution!

 

Si vous voulez faire un pas de plus vers la maîtrise de votre environnement informatique, vous pouvez postuler à l’une des 5 séances gratuites que j’offre chaque mois.

Nous passerons 30 minutes ensemble et je vous guiderai sur chacun des points suivants :

1. Mesurer l’écart entre votre vision d’un environnement pleinement optimisé pour votre situation et où vous en êtes actuellement.

2. Découvrir ce que vous coûte réellement le manque de connaissances qui vous sabote.

3. Visualiser votre pratique une fois ces « fuites » réglées afin de faire de votre vision une réalité, rapidement.

Vous quitterez cette séance en ayant une vue claire de ce que vous voulez faire de votre environnement informatique, de l’écart entre cet objectif et votre situation aujourd’hui. Vous retrouverez l’envie d’avancer sur ce chemin.

Pour réserver votre séance, cliquez ici.

Au plaisir discuter avec vous,

– François

 

14-févr.-2017