Bitexte ou mémoire de traduction?

Le terme « mémoire de traduction » est souvent utilisé à tort pour désigner tout outil de traduction assistée par ordinateur (TAO), peu importe son mode de fonctionnement. Or, il existe des outils de TAO à base de mémoires, et d’autres à base de bitextes.

Un bitexte est le résultat de l’alignement d’un texte et de sa traduction. Il est produit par un logiciel d’alignement, comme celui inclus dans LogiTerm Pro. La qualité de cet outil est capitale, car un mauvais alignement rendra le bitexte pratiquement inutile.

Quant à la mémoire de traduction, elle constitue, dans sa forme la plus simple, une base de données contenant des segments (habituellement des phrases) bilingues correspondants. On retrouve la langue source d’un côté et la langue cible de l’autre.

On note déjà une importante différence : la mémoire est alimentée au fil de la traduction, segment par segment (comme dans SDL Trados Studio, par exemple), alors que le bitexte n’est créé qu’une fois la traduction terminée, lors de l’alignement du texte original et de sa traduction.

Dans les deux cas, on peut effectuer des recherches dans les données. Le bitexte est aligné en contexte, ce qui donne accès non seulement aux phrases entourant le segment recherché, mais également au reste du texte, qui apporte des renseignements supplémentaires utiles. Avec un outil à base de bitextes, la traduction se fait généralement dans un autre logiciel : si vous devez traduire un document Word, par exemple, vous travaillerez dans Word.

De leur côté, les outils à base de mémoires proposent un environnement de traduction distinct du logiciel de traitement de texte. Avantage ou inconvénient? Tout dépend de vos préférences. Quoi qu’il en soit, ces outils offrent certaines fonctions qui ne se retrouvent pas dans les outils à base de bitextes, par exemple le contrôle de qualité bilingue. Cette vérification des segments comprend notamment l’évaluation de la cohérence entre les chiffres et la ponctuation des segments cibles et sources.

Bref, les deux outils présentent des forces et des faiblesses qui les rendent complémentaires. Tous deux regorgent évidemment de fonctions qui n’ont pas été mentionnées ici, mais cette courte introduction devrait vous donner une idée de leur mode de fonctionnement respectif. Si vous avez des questions à ce sujet ou sur tout autre aspect de la traductique, n’hésitez pas à communiquer avec moi. Je vous répondrai avec grand plaisir!

 

Si vous avez envie de faire un pas de plus pour maîtriser pleinement vos outils informatiques, vous pouvez postuler à l'une des 5 séances gratuites que j'offre chaque mois.

Nous passerons 30 minutes ensemble et je vous guiderai sur chacun des points suivants :

1. Mesurer l’écart entre votre vision d’un environnement pleinement optimisé pour votre situation et où vous en êtes actuellement.

2. Découvrez ce que vous coûte réellement le manque de connaissances qui vous sabote.

3. Visualisez votre pratique une fois ces « fuites » réglées afin de faire de votre vision une réalité, rapidement.

Vous quitterez cette séance en ayant une vue claire de ce que vous voulez faire de votre environnement informatique, de l’écart entre cet objectif et votre situation aujourd’hui. Vous retrouverez l’envie d’avancer sur ce chemin.

Pour réserver votre séance, cliquez ici.


Au plaisir discuter avec vous,

- François

 

05-déc.-2015